La découverte de l'île de Pâques

L'explorateur Jacob Roggeveen sur les traces de son père

Voici un « moaï » déterré, une des statues monumentales de l’île de Pâques.

C'est l'explorateur Jacob Roggeveen qui découvrit l'île de Pâques et lui donna son nom, "Paasch-Eyland", car c'était un dimanche de Pâques 1722.

On en dénombre presque 900.

Certaines n'avaient que la tête qui dépassait du sol. Pour celle-ci, il a fallu attendre 2010 pour vérifier l'hypothèse qu'un corps sommeillait bien sous terre.

Contrairement à l'idée reçu, la quasi totalité des statues possèdent un corps, hormis les jambes. Elles ont été presque toutes sculptées dans le tuf d'une carrière du volcan Rano Raraku

En savoir plus

Initialement, Jacob Roggeveen n’est pas le protagoniste de notre histoire. L’exploration des terres inconnues ne lui fut en aucune manière assignée. Et d’aucuns diraient que le nom des îles qui fera sa renommée est, tout comme lui, un hasard de circonstance.

Né le 1er février 1659, Jacob Roggeveen a eu une vie bien remplie, faite d’aléas sans honneur ni gloire, mais après quelques années difficiles, il décida de radicalement changer de voie.

En 1719, Jacob a commencé à mettre en œuvre un ancien plan de son père, Arent Roggeveen. Le but de son voyage : découvrir la “Terra Australis”.

Non sans un certain courage, la décision prise se matérialise quelques années plus tard. Trois navires (le Thienhoven, L’Arend et l’Afrikaansche Galey) ont été déployés avec comme équipage des Français, des Allemands et des Danois. Le jour du départ était fixé le 1er août 1721. Après quelques péripéties – banales sur mers, ils arrivèrent sur l’île de Pâques le 5 avril 1722.

Très vite, du feu et de la fumée ont été vus sur l'île, signe d'une présence humaine. En raison du mauvais temps et des vagues intenses, ils ont renoncé à débarquer.
Mais le 7 avril, un habitant de l'île de Pâques s'est approché du Thienhoven dans un petit bateau.

Le capitaine Cornelis Bouwman a rencontré l'homme dans un sloop. Cornelis l'a ensuite forcé à monter à bord du navire de commandement, l'Arend. Seulement trois jours plus tard, il a été possible de visiter l'île elle-même. 134 membres d'équipage ont ainsi débarqué. La stupéfaction fut à la mesure des hautes statues qui les dédaignaient.

Choc des cultures

En raison de la réaction exubérante des insulaires, certains hommes se sont sentis menacés. Bien que Jacob l’ait interdit, ces hommes ont quand même commencé à tirer. Ce qui devait arriver arriva. Ils ont tué au moins dix habitants. Une fois le calme revenu, une enquête plus approfondie a été ouverte.

L’équipage a étudié les coutumes des insulaires. Ils ont aussi regardé les immenses statues de pierre que l’on pouvait voir partout sur l’île.

Ce sont ces images qui ont rendu l’île si célèbre. Cependant, l’exploration a démontré qu’il ne s’agissait de la Terra Australis.

La chute

Néanmoins, Jacob sut alors que l’expédition avait échoué. Le stock de nourriture et de boisson à bord des navires avait entre-temps considérablement diminué. Délitement de la discipline, des objectifs et amorphisme, un cocktail qui a rendu les hommes agités. Pire ! une mutinerie a même menacé Jacob et ses capitaines. Dénouée de peu, une catastrophe annoncée fut alors évitée.

Les navires ont ensuite continué leur voyage le 12 avril 1722. Mais le 19 mai, l’Afrikaansche Galey s’est échoué sur le corail près d’une île. L’expédition devait alors continuer le voyage avec deux navires. Les choses semblaient mauvaises pour les explorateurs.

Une grande partie de la nourriture a été perdue avec l'Afrikaansche Galey. En partie à cause de cela, plusieurs membres d'équipage sont morts du scorbut peu de temps après. Après de nombreux déboires et du temps perdu, Jacob et ses capitaines ont décidé de rentrer chez eux.

Au retour, sa cargaison et ses navires sont confisqués à cause d’une querelle juridique entre la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (celle où Jacob battait pavillon) et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales.

Malgré les événements de son voyage, Jacob reprit son ancien travail. Il mourut 4 ans plus tard. Le voyage est toujours resté pour lui un échec, sans même qu’il ne sache réellement la portée de sa découverte. N.B. : Edward Davis avait aperçu l’île sans y débarquer.

Si vous souhaitez avoir un récit plus exhaustif du voyage de Roggeveen, voici un document de Marie-Charlotte Laroche sur le sujet :