Voici des gravures et sculptures dans les tunnels de la Première Guerre mondiale. Ces émouvants témoignages ont été élaborés par des soldats français et allemands confinés dans les tunnels souterrains des journées entières en attendant la montée au front.

 

On y retrouve des dessins, des graffitis mais aussi des sculptures. La plupart sont situés à proximité des entrées afin de bénéficier de la lumière du jour.

 

Au-delà des représentations de camarades, voire de supérieurs, les inscriptions se bornent aux noms de régiments ou de bataillons.

Ainsi ils utilisaient le fusain ou sculptaient, par exemple, des bas-reliefs. Plus tard, on retrouvera des témoignages matériels de soldats américains.

 

Les scènes du quotidien, les femmes, les symboles de guerre, mais aussi des représentations religieuses sont le cœur de cet “artisanat”.

 

Cependant, dans les années 80, une vague de collectionneurs ont dépecé ces œuvres. Aujourd’hui, plusieurs sites sont protégés et classés. Ces différentes photographies présentes dans cet article nous viennent du photographe Jeff Gusky.

« Plus tard, dans plusieurs siècles, quand quelque mouvement de terrain aura enseveli la carrière et ses ornements sculpturaux, j’imagine que l’archéologue qui les découvrira enverra à l’Académie des Inscriptions quelque volumineux mémoire où il démontrera que ce sont là des œuvres manifestes de l’âge des cavernes, de l’âge où l’humanité n’était pas encore civilisée et croupissait dans la plus stupide barbarie.Ce ne seront, au vrai, que des souvenir de l’âge des casernes, mais, pour le second point, notre archéologue n’aura pas tout à fait tort. » Charles Nordmann du 5e régiment d’artillerie, 1917.

Références et sources

Vous pouvez en retrouver d’autres sur ce lien : jeffgusky.com/portfolio/

Pour aller plus loin

Pour débuter : Larousse de la grande guerre, de Bruno Cabanes / Anne Duménil
Pour approfondir : La Grande Guerre, de François Cochet