Les Grecs et les Romains de l’Antiquité avaient une longue tradition de fabrication de statues en bronze.

Dieux, héros, athlètes, hommes d’État, ils se dressaient dans les espaces publics des grandes cités. Pendant plus de mille ans, les artistes grecs et romains ont créé des centaines de types de statues qui ont marqué la statuaire à grande échelle de l’Europe occidentale.

Les avantages du bronze sont multiples par rapport au cuivre pur. Le bronze est un alliage souvent composé de 90 % de cuivre et de 10 % d’étain et, comme il a un point de fusion plus bas que le cuivre pur, il reste liquide plus longtemps lorsqu’on remplit un moule.

Les premières grandes statues grecques en bronze avaient des formes simples, connue sous le nom de sphyrelaton (“martelée”), dans laquelle les parties de la statue sont fabriquées séparément à partir de feuilles de métal martelées et fixées les unes aux autres par des rivets.

À la fin de la période archaïque (environ 500-480 avant J.-C.), la fonte à la cire perdue est devenue la technique principale de production de statues en bronze.

Les sculptures de grande taille étaient coulées en plusieurs morceaux (tête, torse, etc). Dans le processus de moulage à la cire creuse, le sculpteur construit d’abord un noyau d’argile. Pour les grandes statues, une armature en tiges de fer est utilisée.

Références des illustrations par ordre

1) Statue en bronze de l’Athéna du Pirée (IVe siècle avant J.-C.) *
2) Artémis, Musée du Pirée.
3) Athlète (Apoxyomenos), 1er ap. J.-C.
4) Danseuse voilée et masquée, IIIe – IIe av. J.-C.
5) Paire d’yeux, Ve av. J.-C. ou plus tard.
6) Tête de bronze d’un jeune femme, fin Ve av. J.C.

* Pour les hoplites, le casque corinthien était relevé hors du combat, il diminuait l’acuité auditive, en plus de la forte chaleur engendrée.

Pour en savoir plus

Dossier en ligne du musée des Augustins à Toulouse : http://les-rapins.fr/wp-content/uploads/2016/03/sgen02s.pdf