La réécriture de l'Histoire par l'image

Si Staline n’avait pas Photoshop, la photographie n’en a pas moins été une arme au service de la purge.

« Pas d’homme, pas de problème », dit-il.

Nikolay Yezhov était le responsable de la police secrète qui supervisait les purges de Staline. Après avoir ordonné l’exécution de milliers de responsables du Parti, Yezhov perd les faveurs de Staline en 1938. Dénoncé et jugé, un tribunal secret ordonnera son exécution.

Avant et Après

Le procédé était d'éliminer toute référence (visuelle ou littérale) d'une personne, quelle que soit sa renommée. Cela impliquait parfois la modification d'archives historiques, comme ce fut le cas avec Léon Trotsky, autrefois figure de proue du Parti communiste.

La retouche photographique constituait une mini-industrie en URSS. L’historien D. King qui a travaillé sur les milliers de photos falsifiées et retouchées nous parle d’un engrenage bien huilé. Les éditeurs et rédacteurs serviles s’occupaient sans distinction de la tâche.

a5
a6

Pour les images de la Seconde Guerre mondiale, les retoucheurs ont tenté d’améliorer la réalité. On voit ici un soldat allemand découragé et sa pièce d’artillerie détruite, lors de la victoire de l’Armée rouge lors de la bataille de Koursk en 1943. Mais les retoucheurs soviétiques ont tout de même ajouté des canons et un groupe d’obus à l’image.

« La quantité et le détail de la documentation sur la retouche sont stupéfiants [...] Cela reflète une préoccupation et une énorme anxiété, de peur que quelque chose ne tourne mal. »
Jan Pampler, professeur allemand d'histoire à l'Université de Limerick

D'un visage à l'autre

Staline s’est aussi inséré dans des photographies à des moments clés de l’Histoire. À d’autres moments, des spécialistes de la retouche photographique devaient le faire paraître plus grand ou plus beau. En effet, Staline avait le visage grêlé par une variole infantile.

Autre souci des retouches : éviter la colère de Staline. Le photographe a dissimulé les poignets des soldats, qui étaient couverts de montres-bracelets volées aux citoyens allemands. Staline avait pourtant ordonné à ses soldats de ne pas piller.

Le paraître à l'heure d'hier

Staline n’était pas le seul dictateur à retoucher les photos. Hitler a retiré son ministre de la propagande, Goebbels, d’une photo de lui et de la réalisatrice Riefenstahl en 1937. De même pour Mussolini qui a fait circuler une image retouchée de lui-même sur un cheval.