Le mythe de Parmentier

David

Le mythe de Parmentier

La pomme de terre et nous

Berner la convoitise

Vous connaissez peut-être cette histoire qui laisse entendre que l’agronome Antoine Parmentier (1737 – 1813) avait fait garder par des soldats un champ de pommes de terre pour inciter les paysans à convoiter le précieux tubercule… Est-ce un mythe ?




La pomme de terre provient des Andes en Amérique du Sud. Le “Solanum maglia”, vieux de 13 000 ans av. J.-C., est probablement le plus ancien spécimen. Voici une poterie de la culture Moche représentant Axomama, la déesse de la pomme de terre.

En Europe, il faudra attendre l’arrivée des conquistadors pour qu’elles sortent des Amériques. Les premières descriptions de pommes de terre datent des années 1530. Mais c’est seulement en 1772 que la faculté de médecine de Paris déclare la pomme de terre sans danger.

« En mai 1786, la France sort d’une année de sécheresse catastrophique pour les récoltes et le fourrage, lorsque les autorités permettent à Antoine Parmentier de cultiver des pommes de terre sur la plaine des Sablons. Le but de l’expérience est de démontrer qu’il est possible de faire pousser ce précieux tubercule sur une terre inculte et sèche, le tout sans l’aide d’engrais et avec 6 semaines de retard sur le calendrier agricole. »

« Lors de la deuxième expérience, des maraudeurs dérobent des pommes de terre. Dumont, qui mène l’expérience avec Parmentier, dira : on n’a point veillé soigneusement à ce qu’il n’en fût rien détourné.

Parmentier profite de l’expérience pour en faire le maximum de publicité et pour impressionner le peuple afin de l’intéresser davantage à la pomme de terre qui est encore boudée par de nombreux Français.

À la mort de Parmentier, le 17 décembre 1813, Jean-Baptiste Huzard prononce un vibrant hommage à son confrère » (Pierre Leclercq, collaborateur scientifique de l’Université de Liège)

 

 

Parmentier et nous

« Persuadé qu’aux leçons de l’exemple il falloit encore ajouter les conseils, les exhortations même, je n’ai cessé de recommander aux seigneurs & curés qui me consultoient sur la manière de répandre dans leurs cantons la culture & les usages des pommes de terre, de prodiguer ces moyens : (…) consacrez à leur culture les terrains dont ci-devant vous ne tirerez aucun parti ; faites ensorte que ce soit le plus exposé à la vue ; défendez-en expressément l’entrée ; donnez une espèce d’éclat à votre récolte, afin que chacun puisse être témoin de sa fécondité (…) Combien de fois ne m’est-il pas arrivé que, mes petites plantations parvenues à maturité, j’en abandonnois la récolte à la discrétion de ceux que j’en avois rendus les témoins, & que, retournant ensuite dans les mêmes endroits de mon expérience, j’avois la douce satisfaction de voir des carrés de terrains auparavant en friche, qui en étoient couverts ? »

(Antoine-Augustin Parmentier, Traité sur la culture et les usages des pommes de terre, de la patate, et du topinambour, p. 10, 11, 12.)

Superstition et Origine

C’est des Andes que provient la pomme de terre, qui pousse dans une
région située à cheval entre ce qui est maintenant le Chili, la Bolivie
et le Pérou. Le spécimen le plus ancien connu, la Solanum maglia, vieux de 13 000 ans avant J.-C., a été découvert sur le site archéologique de Monte Verde, au sud du Chili.
Poterie de la culture Moche représentant Axomama, déesse de la pomme de terre. - American Journal of Potato Research

Les grands mythes de la gastronomie : Parmentier et la pomme de terre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *