Articles

L’odyssée de Roald Amundsen

L’exploration n’est pas seulement une affaire de découverte, d’intimité avec la solitude et encore moins un idéal en soi ; c’est aussi et surtout de la confrontation. Envers la nature, souvent hostile, et face à de gros mammifères qui feront tout pour vous ravir le titre. Quel titre ? Celui d’avoir exploré en premier le passage Nord-Ouest qui relie l’Atlantique au Pacifique, par exemple. Ou encore le nom d’un golfe, d’une mer et d’un glacier et, pourquoi, pas du pôle Sud. Parlons aujourd’hui du Norvégien Roald Amundsen (1872-1928).

“Si tu veux progresser vers l’infini, explore le fini dans toutes les directions.” Goethe

Selon les vœux de sa mère, Roald Amundsen se destinait à la médecine, mais le retour triomphal de Fridtjof Nansen après sa traversée du Groenland en ski donna envie au jeune garçon de s’engager dans une toute autre voie : l’exploration polaire.

 

 

Après le décès de sa mère et des études ratées, il embarqua sur un phoquier comme matelot. A vingt-cinq ans, son rêve prit forme lorsqu’il participa à l’expédition dans l’Antarctique d’Adrien de gerlache, en qualité de second du Belgica.

Il se lia d’amitié avec le médecin de bord, Frederick Cook, qui joua un rôle capital dans la réussite de l’hivernage (temps de relâche des navires pendant l’hiver). En effet, Cook sauva les marins du scorbut en leur faisant manger de la viande de manchot !

Pour sa première expédition personnelle, Amundsen décida de tenter le passage du Nord-Ouest, qui relie l’Atlantique au Pacifique par le grand Nord canadien. Aucun explorateur ne l’avait jamais fait ; Christophe Colomb, Jean Cabot, Jacques Cartier, tous en avaient pourtant rêvé. Amundsen rencontra Nansen, qui appuya le projet et lui fournit un objectif scientifique : la recherche du pôle magnétique. Amundsen appareilla le 16 juin 1903, criblé de dettes, avec six hommes à bord d’un phoquier.

Au cours de trois hivernages, il prit des mesures magnétiques et se rapprocha des Inuits Netsilik. Le 30 août 1906, il rejoignit avec succès le port de Nome en Alaska.

Le plan suivant d’Amundsen, qui consiste à dériver à travers le pôle Nord à bord du vieux navire de Fridtjof Nansen, le Fram, est affecté par la nouvelle que l’explorateur américain Robert E. Peary a atteint le pôle Nord en avril 1909, mais il poursuit ses préparatifs. Lorsque Amundsen quitta la Norvège en juin 1910, personne d’autre que son frère ne savait qu’il se dirigeait vers le pôle Sud plutôt que vers le pôle Nord. Il navigue sur le Fram directement des îles de Madère à la baie des Baleines, en Antarctique, le long de la mer de Ross. La base qu’il y installa était 100 km  plus proche du pôle que la base antarctique de l’explorateur anglais Robert Falcon Scott, qui dirigeait une expédition rivale avec le même objectif. Voyageur polaire expérimenté, Amundsen s’est préparé soigneusement pour le voyage à venir, effectuant un voyage préliminaire pour déposer des provisions de nourriture le long de la première partie de son trajet vers le pôle et retour. Pour transporter ses provisions, il utilisa des chiens de traîneau, tandis que Scott dépendait de poneys sibériens.

Après une année de préparation, il partit le 19 octobre 1911 avec quatre hommes et cinquante-deux chiens de traîneau, à bord d’une goélette, le Fram, que Nansen lui avait confiée. La course au drapeau s’engagea avec l’Anglais Robert Falcon Scott. Amundsen toucha au but le 14 décembre 1911. Entre-temps, Scott avait atteint le pôle Sud le 17 janvier, mais lors d’un voyage de retour difficile, lui et tous ses hommes périrent. Les explorateurs ont enregistré des données scientifiques au pôle avant de commencer le voyage de retour le 17 décembre, et ils ont atteint leur base à la Baie des Baleines le 25 janvier 1912.

Après la guerre, Amundsen décida avec l’aide du mécène Américain Lincoln Ellsworth, de survoler le pôle Nord. L’opération, menée d’abord à bord d’hydravions, échoua par deux fois. Il opta finalement pour un trajet à bord du dirigeable Norge, conçu et piloté par Umberto Nobile.

Partis de Norvège, ils volèrent pendant trois jours pour relier l’Alaska. Richard Byrd avec son avion Fokker les aurait battus sur le fil, en revanche Amundsen réalisa la première liaison sans escale, ouvrant la voie aérienne polaire. Il disparut à cinquante-six ans en recherchant l’expédition de Nobile, perdue dans le Grand Nord. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Le Belgica :

 

Le Fram :

 

Sa vie en quelques dates :

1889 : Fridtjof Nansen traverse le Groenland en ski
1906 : il franchit le premier le passage du Nord-Ouest
1911 : il atteint le pôle Sud
1918 : il obient son brevet de pilote

 

Sources et références :

Encyclopédie Larousse en ligne
Ils ont vaincu le pôle, Roald Amundsen, Robert Falcon Scott (2008)
Les Très Riches Heures de l’humanité, Stephan Zweig (2004)
Passage du Nord-Ouest (1999)

 

Vous pourriez également aimer...