Le grand cachalot de Melville

Le 20 novembre 1820, un grand cachalot attaque et coule le navire baleinier « l’Essex » à 2 000 miles de la côte ouest de l’Amérique du Sud. Le sort funeste de ses naufragés inspirera à Herman Melville le roman Moby Dick.

La connaissance de ce naufrage n’était alors fondée que sur le seul témoignage d’Owen Chase, le second du capitaine. En 1960, un vieux carnet fut découvert à New York. Il sera identifié comme le témoignage de Thomas Nickerson, garçon de cabine de l’Essex.

It is a long established fact that a reader will be distracted by the readable content of a page when looking at its layout. The point of using Lorem Ipsum is that it has a more-or-less normal distribution of letters, as opposed to using ‘Content here

Ce nouvel éclairage va apporter des compléments au récit, parfois unilatéral, d’Owen Chase.


Les vingt marins de l’Essex n’avaient pas tué autant de cétacés qu’ils l’espéraient. Bien qu’endommagé, le navire avait continué la chasse.

Le journal indique le caractère impétueux d’Owen Chase qui tient tête au capitaine George Pollard et influence ses décisions.


Le cauchemar continuera après le naufrage : coincés sur trois canots pendants 90 jours, les rescapés survivront grâce au cannibalisme.

Pour en savoir plus :

La véritable histoire de Moby Dick, Nathaniel Philbrick.

Photographie du cachalot : Tony Wu.