Découvrons aujourd’hui un médecin qui a révolutionné notre manière de voir le corps humain : l’anatomiste André Vésale. Il naquit près de Bruxelles, d’une famille de savants et de physiciens (médecins). Suivons son parcours.

Le jeune André est fasciné par le gibet qui se trouvait près de la maison familiale. Les corps des pendus seront en soi une première étude. Esprit de la Renaissance, il va connaître des problèmes à l’université : truffées d’erreurs, les sciences d’Aristote et de Galien ne lui suffisaient pas.

Il part à Paris pour étudier la médecine. Il en profite pour s’exercer au gibet de Montfaucon. Il n’a que 20 ans. L’étude du corps humain est alors problématique, et on se contentait de disséquer des animaux. Mais le courant dit “humaniste” va desserrer l’étau.

Il va concevoir six planches d’anatomie, les “Tabulae anatomicae sex”, réalisées dans l’atelier de Titien et représentant le squelette les organes internes qui devinrent une référence.

Dans son traité “De humani corporis fabrica”, il va recenser deux cents erreurs de Galien. Ce sera aussi la première description complète de l’architecture du corps humain. Ces sept volumes vont créer la stupeur.

Des voix s’élèveront contre sa pratique, et l’Inquisition finira par l’attraper pour le condamné au bûcher. Sa peine fut commuée en un pèlerinage à Jérusalem. Il meurt au retour le 15 octobre 1564.

Pour en savoir plus